Le syndrome de l’imposteur, ça se soigne ?

 In Motivation

Il ne figure pas dans votre carnet de santé, ma nièce étudiante en médecine ne l’a pas étudié, et pourtant il se répand comme une épidémie !

J’ai nommé le syndrome de l’imposteur !

Mis en évidence par Pauline Rose Clance et Suzanne A Imes en 1978, on estime qu’il touche 70 % des personnes, et selon certains, plutôt les femmes et les surdoués ;-), et qu’il s’agit plutôt d’une « expérience » que d’un syndrome. Il est donc probable que vous y serez confronté à un moment ou un autre, dans votre vie d’entrepreneure !

Le syndrome de l’imposteur, qu’est-ce que c’est ?

C’est cette petite voix qui vous glisse à l’oreille que même si ce client vous a dit que vos services étaient top, il ne se rend pas compte, ( en clair vous êtes nulle). Ce discours que vous tenez en expliquant que votre parcours, vos diplômes, ne tiennent qu’à la chance (le jury était vraiment sympa et ne s’est pas rendu compte de vos lacunes).

Bref que vous trompez tout le monde, que vous n’êtes pas à la hauteur, qu’il s’agit d’une gigantesque méprise et que vous risquez à tout moment d’être découverte !

C’est ma fille, blême après les résultats du bac, nous disant « il y a une erreur, j’ai eu 19, 18, 17 et 16)

C’est une amie, répétant sans relâche avant une interview de peur qu’on se rende compte qu’elle n’est pas au niveau.

C’est cette entrepreneure qui met ses services à 10 euros parce que finalement ils ne doivent pas valoir plus .

Le syndrome est totalement injustifié, il vous touche quels que soient votre parcours, vos réussites et même votre célébrité !

Le syndrome de l’imposteur, pourquoi c’est grave ?

Même si ce n’est pas une maladie, il a des conséquences très néfastes sur notre vie professionnelle :

  • Perfectionnisme exacerbé : je suis nulle, je ne serai jamais prête donc je bosse trois fois plus
  • Épuisement lié au sentiment d’imperfection : c’est nulle, je ne suis pas satisfaite, il faut refaire
  • Repli sur soi : je n’en vaux pas la peine, je ne veux pas être découverte
  • Peur paralysante de l’échec : je n’en suis pas capable donc je ne fais pas
  • Incapacité à demander de l’aide : si je demande de l’aide cela veut dire que je ne suis pas au niveau
  • Difficultés financières : personne ne voudra dépenser de l’argent pour moi, donc je brade

Bref, le syndrome de l’imposteur entraine l’auto-sabotage…

On vous rassure, on peut expérimenter cette expérience d’imposture sans tomber dans un cercle aussi vicieux mais il est important de savoir comment faire taire cette petite voix qui nous coupe les ailes…

Le syndrome de l’imposteur, comment le faire taire ?

Les remèdes sont simples (ouf) et pas trop mauvais à avaler !

  • Démasquez-le !

C’est évidemment le premier pas ! Quand le petit être blême sur votre épaule vous souffle tout le mal que vous devez penser de vous, regardez-le en face et dites-vous que ce n’est pas la réalité !

  • Voyez-vous tels que vous êtes !

Faites la liste de vos défis surmontés, de vos accomplissements, quels qu’en soient les domaines. Pour chaque accomplissement, notez quels sont les forces, les talents et les compétences que vous avez mis en jeu. (et oui ce n’est pas par chance que vous avez décroché ce contrat !)

  • Acceptez les compliments

Faites-vous un « bocal de mots doux » : quand vous recevez un compliment, une remarque positive, notez-le sur un petit morceau de papier et mettez-le dans un bocal. Quand le syndrome survient, piochez dans le bocal ! (Vous pouvez aussi les mettre dans un fichier de votre ordi, mais c’est moins fun)

  • Apprenez l’humilité

En cas d’erreur ou d’échec, remettez les choses en perspective : à part pour votre petite personne, quelles sont les conséquences de ce problème ? la planète va-t-elle survivre ? (peut-être pas mais vous n’êtes pas a priori le principal responsable du réchauffement climatique, donc c’est un autre débat)

  • Osez l’humilité

Vous ne savez pas répondre à une question ? un client vous demande quelque chose que vous n’avez jamais encore fait ? Osez répondre, « je ne sais pas ».

  • Formez-vous

Et ensuite, si cela est pertinent, allez cherchez l’information, formez-vous. Mais dans la limite du raisonnable. Vous ne serez jamais ni omniscient, ni omnipotent et c’est tant mieux ! Votre vulnérabilité est aussi une force.

  • Soyez unique !

Savez-vous que consulter les réseaux sociaux rend malheureux ? vous n’y voyez que les aspects positifs de la vie des autres, sélectionnés, retouchés, enjolivés… et forcement vous vous regardez dans le miroir et vous ne vous trouvez pas top…

Donc arrêtez de vous comparer aux autres (et à leur supposée vie), soyez vous-mêmes, authentiques, avec vos défauts (les gens parfaits sont de toute façon assommants) et vivez votre vie !

Maintenant que vous savez comment gérer votre syndrome de l’imposteur, vous pouvez déployer tout votre potentiel, et apprendre à exercer votre leadership au féminin pour faire rayonner votre projet !

Rejoignez notre Masterclass «  Leadership au féminin », un atelier convivial en petit groupe pour mettre votre puissance au service de votre business !

Dominique

Ne manque pas les prochains articles de Chloé, abonne-toi à la L-news !

Tu as aimé ? Clique sur Pin it pour enregistrer l’article dans Pinterest !

Un commentaire, une suggestion ? rendez-vous sur la page Facebook !

pinterest-67
Recent Posts
Tu as aimé cet article ?
Sois sûre de ne pas manquer les prochains en t'abonnant à la L-news !
Oui je m'abonne !
Pas cette fois-ci !
close-link
Oui a l'indépendance, non a la solitude par L-start